La peur et la violence à l'origine des conflits relationnels

Que ce soit avec nos parents, nos enfants, en entreprise, dans la rue ou entre nations, la peur et la violence sont un duo explosifs dans les relations menant à des conflits que nous ne pouvons pas toujours éviter, pourquoi...



Qu'est-ce que la peur ?

Marie-France et Emmanuel Ballet de Coquereaumont sont psychopraticiens et mes formateurs de l'enfant intérieur. Dans leur ouvrage "J'arrête d'avoir peur" (Ed. Eyrolles), ils nous apprennent que la peur est une émotion propre à l'être vivant éprouvée face à un danger réel ou créé par l'esprit. La peur dite saine a donc une fonction vitale, celle de nous protéger de la mort. La peur se manifeste dans notre corps par des réactions physiologiques comme les palpitations cardiaques, la bouche sèche, la transpiration, des nausées, vertiges, etc. mais également des attitudes d'agressivité, d'isolement voire de sidération marqué par l'arrêt prolongé de la respiration et des mouvements musculaires. Mais la plupart d'entre nous croit que ce qu'ils ressentent est la réalité. Non, les perceptions sensorielles de notre corps évaluent l'intensité du danger par rapport à notre seuil de tolérance. Mais certainement pas la réalité des faits. Ainsi, le symptôme n'est pas un indicateur fiable pour interpréter les faits, mais un évaluateur pour soi-même. Ce qui est important du point de vue de l'enfant intérieur, c'est que l'expression de cette émotion peur préserve la vérité d'une part de soi fragile qui a un désir et des besoins. Lorsque la personne fusionne avec son émotion peur, elle peut rester paralysée des jours, entrer en profonde dépression, développer des attitudes agressives et tyranniques, s'empêcher d'évoluer, accélérer son vieillissement, voire mettre fin à sa vie.


Les origines de la peur.

La peur peut créer de véritables hallucinations : hallucinations visuelles, mais également auditives et parfois sensitives comme l'étrange impression qu'une main nous tiens par la gorge (j'en ai des frissons dans le dos !). Ainsi, une personne peut affirmer ne pas avoir trouvé d'interphone à son point de rendez-vous se sachant en retard. Les peurs nous contaminent : en regardant toujours l'information anxiogène du journal télévisé, en ayant un parent ou une compagne angoissé et cela peut même être transmis par nos aïeux. Avoir exagérément peur de l'eau peut trouver son origine dans un drame familial. Enfant, une petite fille voit sa maman se noyer et ayant refoulé la souffrance émotionnelle va la transmettre à sa propre fille des années après l'événement. La peur est donc étroitement liée à notre histoire familiale et nos expériences vécues.



La violence, le masque de la peur.

A la rencontre de l'autre, nous projetons des images complexes faites d'héritages familiaux, d'expériences relationnelles passées, et ce depuis l'enfance. Ce matériau forme une lunette qui entre en jeu dans la perception que nous avons de l'autre ou de l'environnement. Nous analysons sans cesse, nous catégorisons jusqu'à devenir contradictoire dans nos comportement en faisant d'un ami de longue date un ennemi le lendemain La méfiance de l'autre déclare un état de guerre et engendre la violence dans la communication. Le célèbre psychosociologue Jacques Salomé a défini les piliers générant de la violence ordinaire présente déjà dans notre éducation :

- les injonctions (il faut, tu dois) font l'autre à son image

- la dévalorisation (tu es nul, pas assez bon, idiot)

- la culpabilisation (c'est à cause de toi si je souffre)

- la menace (ça va mal finir, tu vas tomber)

- le chantage (puisque c'est ainsi, je ne viens plus)

Les auteurs du livre "J'arrête d'avoir peur" ajoutent 3 autres piliers : la victimisation, la comparaison et la déresponsabilisation. Nourrir ces échanges crée des liens toxiques et énergétivores, mais surtout, ces violences cultivent les peurs relationnelles comme la peur d'être rejeté.


Quelles solutions pour apaiser sa peur ?

Avant toute chose, vos pensées ne sont pas la réalité, il est indispensable de se dissocier de ses ressentis grâce à la respiration. Une partie de moi ressent cette émotion même pour les émotions les plus vives verrouillées au fond de soi. Les techniques anti-stress proposées dans mon accompagnement répondent à ce besoin de prise de recul de soi, ou processus de désidentification. Il s'agit là de ne pas sur-réagir mais de mieux maîtriser pour accueillir et trouver une solution mieux adaptée. Enfin, certainement l'exercice le plus étrange, communiquer avec son émotion grâce à la thérapie de l'enfant intérieur. Pour sortir de l'obsession et de la paralysie, une exploration de ce qui se cache derrière la peur est nécessaire pour se transformer et évoluer. La confection d'un flacon d'élixirs de fleurs de Bach comme Mimulus, Hélianthème, Angélique, Nénuphar Blanc, est très efficace pour se recentrer et reprendre le pilotage de sa vie.


Ainsi, derrière chaque peur se cache un besoin, comme celui d'être entendu ou pris par la main, etc. C'est alors que nous retrouvons l'harmonie et une énergie vitale pour traverser l'inconnu...


Prendre rendez-vous



La projection de ses propres peurs déforme la réalité des faits